Risques climatiques : n’attendez pas la tempête ou la montée des eaux pour vous protéger

Publié le 15/03/2022

Tempêtes, inondations, grêles, sécheresses… Les catastrophes naturelles se succèdent à un rythme inquiétant. 17 des 18 années les plus chaudes datent du 21e siècle, selon l’Organisation Météorologique Mondiale (OMM). Ainsi, 2017 a été, en France, la plus sinistrée depuis 1982. La sécheresse est notamment devenue un « problème majeur », selon Charles Dumartinet, Responsable des Risques Majeurs chez COVÉA. Le constat est sans appel : les ETI sont de plus en plus menacées par les risques climatiques.

Conséquence évidente, les risques naturels et le changement climatique vont provoquer un doublement de la charge sinistre, qui devrait passer de 48 milliards d’euros entre 1988 et 2013 à 92 milliards d’euros entre 2014 et 2040, d’après la Fédération Française de l’Assurance (FFA).

Montées des eaux

Les ETI sont particulièrement exposées aux risques naturels. Les fortes précipitations ou le poids de la neige peuvent présenter des risques sur la stabilité de la couverture de votre bâtiment industriel. La grêle peut endommager un parc automobile, et les tempêtes arracher le toit de votre entrepôt. Le changement climatique renforce des risques comme l’incendie de forêt qui peut réduire en cendre votre entreprise centenaire, et les crues « éclair » qui génèrent des inondations pouvant endommager le serveur informatique de votre société.

Après les tempêtes, la grêle et la neige qui représentent la moitié des indemnisations versées par les assureurs sur les 25 dernières années, et toujours nettement devant la sécheresse (16 %), les inondations sont à l’origine de plus du tiers (34 %) des sinistres climatiques. Résultat : leur coût cumulé a représenté 26 milliards d’euros entre 1988 et 2017.

La montée subite des eaux, les ETI y sont en effet particulièrement exposées : un tiers d’entre elles se trouve en zone inondable tandis que 21 000 des 35 000 communes françaises sont concernées par ce risque. Les inondations ont causé trois des cinq plus importantes catastrophes naturelles jamais enregistrées dans l’Hexagone. Ces sinistres ont tous eu lieu au cours de ce troisième millénaire débutant, et leur coût assuré actualisé a dépassé 3,2 milliards d’euros.

Déployer des solutions transverses

Votre première priorité est d’identifier les risques que vous encourez. Votre site se trouve-t-il dans une zone sujette à la montée des eaux ou dans une région où les orages violents sont fréquents ? MMA possède un réel savoir-faire dans l’étude de la survenance des événements climatiques.

Dès 2007, nous avons été la première compagnie à développer un programme d’ingénierie des risques majeurs, ce qui fait aujourd’hui de COVÉA l’acteur de référence en matière de maîtrise des risques climatiques.

Charles Dumartinet, Responsable des Risques Majeurs COVÉA

Selon Charles Dumartinet, Responsable des Risques Majeurs COVÉA, « le Pôle Risques Majeurs, qui comprend notamment des climatologues, des prévisionnistes, des ingénieurs, des développeurs, des géomaticiens et des actuaires, développe des modèles d’évaluation des pertes dues aux catastrophes naturelles qui nous permettent ensuite de déployer des solutions transverses afin d’améliorer la gestion des risques sur l’ensemble de nos métiers ».

Analyse et prévention : la solution face aux risques

Une fois les dangers évalués, vous devez mettre en place des mesures afin de renforcer votre résilience. Notre rôle d’assureur est de vous accompagner dans la connaissance des risques de l’entreprise en prenant conscience de sites à certains aléas. Des solutions ont été développées comme les outils Coventéo ou Covisiomap pour offrir aux Risks Managers des outils d’analyse pour préparer le fonctionnement de l’entreprise à la gestion de crise. Si son usine se trouve en zone inondable, les hauteurs d’eau possibles doivent permettre de rehausser ses stocks, ainsi que d’éviter l’installation des serveurs informatiques au rez-de-chaussée. Des moyens de protections existent comme des batardeaux afin d’éviter que l’eau n’entre dans ses bâtiments.

De même, des alertes intempéries permettent d’anticiper la survenance d’un danger et de mettre en place les mesures adaptées pour préserver au mieux le fonctionnement de l’entreprise.

Si la perspective d’augmentation des catastrophes naturelles semble inévitable dans les prochaines années, des solutions de diagnostics de prévention existent pour mettre en place d’une politique de gestion de crise, et ainsi limiter les conséquences sur l’activité des ETI.

Charles Dumartinet

Responsable des Risques Majeurs COVÉA


Pour en savoir plus sur les solutions d'assurances MMA, contactez votre intermédiaire d'assurance